• Ils étaient six qui attendaient sa fin, neveux et nièces de différentes espèces. Diable, quatre-vingt-trois ans, c'est quand même un âge raisonnable pour trépasser ! Aller plus loin, quand la famille attend le magot, devient une sorte d'indélicatesse, nous dirons même d'indécence. Aussi les héritiers ne venaient-ils jamais moins de trois fois par semaine s'enquérir de la santé du vieux :
    - Comment va-t-il aujourd'hui, l'oncle ? Est-ce qu'il a bien passé la nuit ?...
    - Couci-couça ! Vous savez, à c't'âge, on passe les nuits comme on peut !...
    - Et... pas un indice ? Pas un souffle au coeur par exemple ? Il n'a pas demandé à voir le médecin ?...
    Le vieux Grégoire avait la vie solide. Ses héritiers s'en désolaient. Il ne se décidait toujours pas à appeler le médecin à son chevet, preuve q'il sentait sa fin proche, car le vieux, il l'avait bien répété :
    - Je me suis passé du médecin toute ma vie et ce n'est pas aujourd'hui que je commencerai ! je ne le dérangerai qu'à la dernière extrémité, au moment de rendre l'âme, pour que ce vieil imbécile ait la déception de me voir expirer à sa barbe !...
    La saison dernière, les "six" avaient eu un moment d'espoir quand ils avaient appris que le vieux avait manqué la marche et roulé comme une boule, dégringolant tout le premier étage ainsi. C'eût été bien le diable s'il s'était remis du choc.
    Eh bien ! ç'avait été le diable ! Une jambe et les deux bras plâtrés, l'été au lit et, à l'automne, le père Grégoire était aussi rose qu'avant la chute, trottait toujours aussi allégrement.
    Les héritiers rongèrent leur frein : l'hiver allait venir, avec toutes ses embûches : froid, neige, verglas; cette fois le vieux ne passerait pas l'écueil. Un bon rhume qui sur un jeune coûterait peu mais empirerait sur le vieux, dégénérerait, viendrait à bout de son obstination à rester vif. On dépenserait quelques écus pour le porter en terre et l'on chercherait enfin la cassette qu'on se partagerait en famille.
    Nul ne connaissait le contenu exact de cette cassette. Mais le vieux l'avait montrée à plusieurs de ses neveux, avec une lueur cupide dans le regard :
    - Il y a là-dedans une collection unique ! J'ai employé toute mon existence pour la rassembler ! Pas une pièce semblable à une autre !...
    Et, disant cela, il agitait la cassette, faisant sonner ce qu'elle contenait :
    - Ecoutez ce bruit !... N'est-ce pas doux à l'oreille ? Est-ce que ça ne sonne pas agréablement ?...
    Ca sonnait en effet très agréablement.
    On n'avait pas osé le questionner davantage. Il était trop méfiant. Et il semblait envelopper la cassette d'une intense tendresse, d'un grand secret. Naturellement il n'oubliait jamais de la cadenasser et il gardait en permanence la clef sur lui.
    C'était pour cela qu'on avait quelque hâte à voir le vieux franchir le dernier pas. On était sûr que la boîte renfermait assez de pièces pour que, une fois vendues, chacun reçoive une somme rondelette. Or les six neveux et nièces avaient ce trait commun : ils étaient envieux mais pauvres, traînant tous des vestons et des jupes lustrés, n'ayant point de quoi acheter du neuf.
    Gaspard, par exemple, que des créanciers harcelaient, ne comptait que sur l'ouverture de la cassette pour régler ses dettes et disait aux prêteurs :
    - Prenez votre mal en patience, il ne tardera plus à "passer", je vous paierai dans la semaine qui suivra !...
    Cinq créanciers attendaient donc également la mort du père Grégoire, ce qui portait à onze les personnes intéressées à "l'affaire".
    Heureusement l'hiver, comme on l'avait prévu, fit son travail. Le père Grégoire vint encore à bout d'octobre et de novembre, mais décembre et ses vents, ses gelées, vinrent à bout de lui. Cela se produisit d'un seul coup, un matin le vieux dit à la femme qui veillait sur lui :
    - J'en ai assez d'être cloîtré ! Je vais prendre un peu le frais !...
    - Par ce temps ? s'affola la bonne dame. Vous galopez au cimetière, père Grégoire !
    - Bah ! bah ! mon heure n'est pas encore venue !...
    Il se trompait, elle était venue. A vingt pas de la porte, les imtempéries saisirent le vieux qui faillit bien mourir sur place. Il parvint cependant à faire marche arrière et rentrer, mais dut s'aliter sans perdre un instant. Sa protectrice lui donna quelque chose de chaud et lui fit, au hasard, des ventouses dont il supporta d'ailleurs la pose en se débattant comme un chien.
    Mais, s'il n'avait pas été immédiatement fauché, il était bien touché. La fièvre grimpa. Il comprit alors que ses minutes étaient comptées. Et, avec un petit rire de diablotin, il demanda à la femme :
    - Allez vite dire au médecin de me visiter !... Allez, ma brave Estelle, je me retiens de mourir jusque-là !...
    Estelle souleva la jupe et courut en colportant la nouvelle :
    - Le père Grégoire vient de demander le médecin !...
    On savait ce que cela signifiait : il était au bout.
    Les neveux et les nièces arrivèrent chez le vieux un bon quart d'heure avant le toubib. Quand celui-ci entra, le père Grégoire l'accueillit avec un gros rire :
    - Alors, avec vos aiguilles et vos satanées pilules, comme ça vous venez pour me soigner ?
    Et, comme il l'avait promis, le vieux mourut au moment juste où le médecin s'approchait de lui pour tâter le pouls.
    - C'est fini pour de bon !... annonça-t-il. Votre oncle est déjà en route pour Là-Haut !...
    Les six dirent que c'était bien dommage et triste, qu'il aurait pu aller jusqu'au printemps, mais enfin !... Puis, dès que le toubib fut sorti, ce fut la ruée. L'un fouilla l'armoire, l'autre explora le lit, le matelas. Un troisième s'attaqua au buffet. Ce fut lui qui eut raisoin : il trouva sur la gauche, au fond, la cassette.
    Fébrilement on en fit sauter la serrure. Alors six têtes angoissées se penchèrent et virent cette scène pitoyable : la cassette hébergeait plusieurs centaines de boutons, boutons de pantalons, de vestons, de pardessus, de jupes. Le plus extraordinaire mélange de boutons qu'un collectionneur de boutons ait jamais obtenu !
    Aucun des six neveux et nièces n'assista à l'enterrement du père Grégoire.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires