• la malédiction de l'épave

    Le vieux Malais avait son compte, c'était clair; il dodelinait de la tête en souriant. Brady fit un signe à Crawford, qui prit la bouteille et remplit le verre de l'homme.
    - Allons, fit-il, encore un petit coup !
    L'autre but, les yeux mi-clos.
    - Ce trésor dont tu parlais ?...
    Le Malais haussa les épaules sans répondre.
    - Ce trésor ? insista Crawford.
    Ils étaient attablés dans un coin sombre de la taverne. On ne faisait pas attention à eux. Un marin aux bras tatoués chantait une rengaine où revenait obstinément le mot "moonlight". Une épaisse fumée estompait tout.
    Soudain le Malais se redressa et bredouilla :
    - Personne n'a pu... le plan... la malédiction...
    Son menton retomba sur sa poitrine.
    - Viens, dit Crawford en le saisissant sous le bras. Nous allons te ramener.
    Brady l'imita, et ils mirent le Malais debout. Le whisky ayant été payé d'avance. Ils sortirent sans être remarqués...
    Le "Star" flottait, parfaitement immobile, sur le miroir de l'eau. Il n'y avait pas le moindre souffle de vent, et le soleil frappait d'aplomb. La lumière pénétrait dans la mer qu'on distinguait très bien le sommet des coraux. Mais bientôt le regard se perdait dans la glauque obscurité. A cinq milles, une île tourmentée se profilait sur le ciel dur.
    Brady et Crawford se tenaient seuls à l'avant.
    - Nous y voici enfin, dit le premier.
    - Oui, ça m'en a tout l'air.
    - C'est bizarre... Maintenant que nous avons pour ainsi dire la main dessus, j'ai comme un doute.
    - Un doute ?
    - Ce sacré Malais... Ce qu'il racontait... la malédiction...
    - Vraiment, s'esclaffa Crawford, ça t'impressionne ?
    Brady souleva sa casquette et se gratta.
    - Un peu, je l'avoue... Rapelle-toi : ... quand nous l'avons reconduit, lui qui paraissait ivre à ne plus pouvoir parler, il nous a regardés et il nous a dit : "Non, le trésor est maudit..."
    - Et puis ? coupa Crawford. Ecoute-moi bien : je n'ai pas mis mon dernier cent dans cette expédition pour hésiter à l'ultime minute à cause des inepties racontars d'un Malais.
    - Tu as sans doute raison, dit Brady, mais je ne peux pas m'empêcher de ...
    Crawford haussa les épaules et sortit un papier jauni de son portefeuille. C'était un plan assez grossier, mais clair, entouré d'une série d'étoiles à huit rayons ondulés.
    - Si ce document est correct, et je ne vois pas pourquoi il ne le serait pas, puisque, d'après le Malais, la tradition dit qu'il a été dressé par le capitaine de la "Santa Clara" peu avant de mourir, après le naufrage dont il était le seul survivant, nous sommes juste au-dessus de l'endroit où repose l'épave avec son chargement d'or intact.
    - Je ne comprends pas...
    - Quoi ? dit Crawford avec irritation.
    - Pourquoi personne n'a jamais essayé de récupérer ce trésor ?
    - Mais le Malais nous a expliqué que le plan ne s'est jamais trouvé qu'entre les mains d'indigènes sans moyens techniques, et de plus abrutis de superstitions !... Je suis sûr que l'or est là, qui nous attend. Lorsque nous l'aurons ramené à bord, ce sera la belle vie !...
    Il se détourna pour regarder avec satisfaction le scaphandre prêt à servir. Puis, s'étend retiré, il cria :
    - Tong !... Huan !... au travail !
    A cet appel, deux Malais parurent sur le pont.
    - Le moment est venu, leur cria Crawford. Attention à la manoeuvre !
    Avec l'aide de Crawford, il revêtit méthodiquement le pesant équipement de plongée. Au moment de visser la glace, son compagnon eut un frisson et murmura :
    - Tu ne crois pas que nous ferions mieux de...
    Crawford sourit avec mépris.
    - Ca va, bébé, dit-il. En vérité, tu me feras regretter d'avoir entrepris l'affaire avec toi.
    - Tu as raison, avoua Brady. Je suis un idiot.
    Procédant sans hâte, car il était un plongeur expérimenté, Crawford se laissa glisser dans l'eau calme, filins et conduite d'air bien dégagés. Pendant un moment on put le voir couler, puis on ne distingua plus que la tache lumineuse de la lampe fixée sur son casque. Enfin il disparut, car l'épave se trouvait à environ cinquante mètres. Les deux Malais pompaient régulièrement.
    Brady scruta l'abîme bleu. La plongée devait durer une demi-heure.
    Quelques minutes s'écoulèrent, puis brusquement la corde aux signaux transmit quatre secousses violentes, suivies d'autres désordonnées. Frénétiquement, Brady commença à haler, à haler pour arracher Crawford au danger inconnu. Mais le plongeur semblait avoir acquis un poids énorme, c'est à peine si la corde venait ! Il tira de plus belle, tandis que Tong et Huan continuaient de pomper paisiblement. Tout à coup, Brady poussa un cri d'horreur. Montant du sein des profondeurs, une masse grouillante s'élançait. L'onde bouillonna, et une pieuvre colossale émergea, enlaçant Crawford inanimé. Simultanément, un autre de ces monstres, puis un troisième apparurent tout contre le bordage, des tentacules jaillirent, enlaçant Brady et l'emportèrent dans un remous d'écume. C'était là ce que signifiaient les étoiles à huit rayons du plan ! C'était là la malédiction de l'épave !
    Lorsque Tong et Huan essayèrent de raconter le lendemain la tragédie à l'équipage de la canonnière qui les recueillit, alors que le "Star" dérivait sans qu'ils ne fissent quoi que se soit pour l'en empêcher, leur récit fut si décousu qu'on les crut tout simplement frappés d'insolation...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :